Brice Duisit

Brice Duisit

Luthiste de formation, Brice Duisit suit les cours du Conservatoire National de Musique de Pau. Passionné par les musiques médiévales, il se perfectionne au CNSM de Lyon en paléographie musicale et dans la pratique du contrepoint des XII et XIIIème siècles. Son intérêt grandissant pour l’époque romane (XI-XIIème siècle) l’amène à aborder le répertoire des poésies lyriques et à s’initier à la vièle à archet. Il s’ensuit toute une recherche sur les premières poésies en langues romanes et il développe une interprétation racée basée sur le rapport du texte à la musique, de l’instrument à la voix, du compositeur à l’interprète…

Depuis 2001, Brice Duisit dirige régulièrement des formations pour les musiciens médiévistes professionnels et des programmes de recherches sur l’interprétation des répertoires romans de langue occitane tout en participant à des enregistrements régulièrement primés par la presse internationale spécialisée. Suite aux disques “Las cansos del Coms de Peitieus” et “la Passion de Clermont”, il travaille à un troisième enregistrement en soliste sur l’atypique poésie d’amour du troubadour Marcabru (1ère moitié du 12ème siècle). Brice Duisit travaille exclusivement sur des instruments anciens restitués en collaboration avec le luthier organologue Christian RAULT.

 

Retrouvez-le en concert le 2 juin

Chapelle des Annonciades (Pontarlier)

Le samedi 2 juin, à 15h, Brice Duisit interprétera des chansons narratives, épiques et hagiographiques du Xe et XIIe siècle. Ce concert, Domine Deu devemps lauder …, sera joué à la Chapelle des Annonciades, 69 rue de la République à Pontarlier.

 

La Chapelle des Annonciades

La chapelle est un lieu de culte catholique romain, protégée en tant que monument historique (deux titres pour son portail et ses vantaux en 1913 et un autre pour le reste de la chapelle en 1936). Il s’agit en réalité de l’ancienne chapelle du couvent des annonciades de Pontarlier. Cet édifice a été construit à partir de 1612 et sera poursuit de 1713 à 1715, respectivement par Antoine Belin et Nicolas Cailler. Désacralisée depuis la fin des années 1920, la chapelle est devenue une salle d’exposition et accueille différentes représentations.

 

Comment y accéder ?

Située au centre-ville de Pontarlier, la Chapelle des Annonciades se trouve au 69 rue de la République, dans le département du Doubs. En plein cœur culturel, la chapelle se situe à deux pas de la médiathèque municipale et du musée, situé à côté de la mairie de Pontarlier Haut-Doubs. Depuis l’aérodrome de Pontarlier, vous pouvez accéder à la chapelle en empruntant la rue de Salins (en direction de la Halle De Marché Emile Pasteur et de l’office du tourisme de Pontarlier).

Jan Willem Jansen

Jan Willem Jansen

 

Retrouvez-le pour un concert d’orgue le dimanche 27 mai.

Né aux Pays-Bas, Jan Willem Jansen poursuit des études musicales avec Jan Warmink, Willem Mesdag et Wim van Beek. En 1977, il remporte le diplôme de soliste du Conservatoire Royal de la Haye et se perfectionne au clavecin avec Ton Koopman à Amsterdam. Il s’installe alors en France et travaille auprès de Xavier Darasse dont il devient le collaborateur pédagogique au Conservatoire de Toulouse.
Il est également cofondateur du département de musique ancienne de cet établissement, et assure, aux côtés de Michel Bouvard, la responsabilité du nouveau département supérieur « Orgues et Clavecins ».
En plus de son rôle d’enseignant, son activité d’interprète l’a amené à jouer avec les meilleurs ensembles baroques européens, notamment La Chapelle Royale de Paris, Le Collegium Vocale de Gand (Philippe Herreweghe), Hesperion XX de Barcelone (Jordi Savall), Les Sacqueboutiers et l’Ensemble Baroque de Limoges (Christophe Coin). Il est également titulaire de l’orgue Ahrend du Musée des Augustins et de la Basilique Notre-Dame de la Daurade à Toulouse.
À l’occasion du Festival Toulouse les Orgues 1997, il a enregistré l’intégrale de l’œuvre d’orgue de Bruhns complétée par des cantates du même compositeur interprétées par le Parlement de

Musique (dir. Martin Gester). En 1998, il enregistre Cabanilles sur l’orgue historique de l’Église San-Pablo de Saragosse.

Romainmôtier (Suisse)

Lors du voyage musical sur la Via Francigena, le site de l’abbatiale à Romainmôtier, en Suisse, accueillera Les Alizés. L’ensemble interprétera Ce moys de May soyons lies … (Quel est donc cet amour que l’on dit courtois ?) pour la première fois du festival, le dimanche 27 mai. Ce concert est organisé dans le cadre des 50 ans de la Fondation Romainmôtier, en collaboration avec les Concerts de Romainmôtier et la Paroisse de Vaulion-Romainmôtier.

 

Le site de l’abbatiale

Construite entre 990 et 1028 sur le modèle de l’église de Clunny, l’abbatiale est l’une des plus anciennes églises romanes de Suisse, dans le canton de Vaud. Ce lieu de culte accueille régulièrement concerts et manifestations religieuses. L’abbatiale résonne à présent sous les notes de son orgue contemporain, à quelques mètres seulement d’un lieu de fête : la Maison du Prieur (bâtiment historique pouvant accueillir près de 200 personnes).

 

Comment y accéder ?

Plan détaillé de Romainmôtier (Suisse)

Le petit Mish Mash

Le petit Mish Mash (et masha)

Le petit Mish-Mash est né de la rencontre entre l’accordéoniste tzigane Adrian Iordan, originaire de Bucarest, le joueur de cymbalum Mihai Trestian, concertiste formé au conservatoire de Chisinau (Moldavie)et la clarinettiste/flûtiste Marine Goldwaser, musicienne de la nouvelle scène klezmer.

Réunis autour des musiques klezmer et tziganes, les trois musiciens font dialoguer leurs cultures musicales pour s’atteler à une lecture inédite de ces répertoires ancestraux, et développent une interprétation selon laquelle la recherche d’authenticité s’allie aux ressources de l’imaginaire. Les danses roumaines aux rythmes endiablés répondent aux anciennes mélodies klezmer transfigurées; de cette mise en miroir découle une invitation au voyage musical à travers des paysages sonores revisités.

Retrouvez les au concert de clôture du festival le 3 juin 2018 !

Les membres :

Marine Goldwaser : Clarinette et flûtes

Elle débute la scène au sein de la compagnie de théâtre yiddish de son père, et reçoit un héritage culturel qui l’accompagne tout le long de son parcours artistique. Elle étudie la flûte à bec et la clarinette au conservatoire de Strasbourg puis continue ses etudes au CNSM de Lyon, ou elle poursuit une recherche autours des flûtes traditionnelle de Roumanie, et obtient un master de recherche et interprétation en 2014. Elle se produit avec différents ensembles de musiques anciennes et de musiques traditionnelles, et travaille également avec plusieurs compagnies de théâtre (principalement le «Théâtre en l’Air», la compagnie «Beliashe» et la compagnie «Le Guépart Echappée»). Elle développe aussi un volet pédagogique à son activité, notamment avec les stages artistiques de Bréau qu’elle organise et au sein desquel elle enseigne depuis plusieurs années. Son fort intérêt pour la musique klezmer la conduit à mener une recherche personelle autours de ce répertoire; elle co-fonde le collectif «Chic!DuKlezmer» spécialisé dans le bal, se produit avec les groupes «Glik», «Shpilkes», et accompagne les chanteur yiddish Ben Zimet, Amit Weisberger et David Burshtein. En 2016, elle monte le trio «Le petit Mish-Mash», qui croise musique klezmeret et tziganes de Roumanie.

Mihai Trestian : cymbalum

crédit Phil Journé

Né  en Moldavie, il décroche le Premier Prix aux Concours National Stepan Neaga ainsi qu’au Concours International Barbu Lautare avant de devenir membre de l’Orchestre Tele Radio Chisinau Foclor. Suite à une résidence de création à l’abbaye de Royaumont, il participe aux tournées Chants du Monde de Jean-Marc Padavani en 2000/2001. En 2002, le compositeur Gerardo Jerez Lecam l’embauche dans son quartet. Il travaille depuis régulièrement avec lui.

Depuis 2004, il vit en France et collabore avec l’ensemble Daniel Givone, Sébastien Ginieux, lacob Macciuca, l’ensemble intercontemporain, l’ensemble Ars Nova… Il développe aussi des projets personnels tels que Ciocan et Aftel, depuis sa rencontre avec Amit Weisberger, il se passionne pour la musique Klezmer et membre dans « Yiddishé fantazyé » (trio klezmer ancien) et la fanfare « Beigale Orkestra »

Adrian Iordan : accordéon

Accordéoniste issu d’une famille de musiciens tziganes de Bucarest. Adrian est installé en France depuis plus de dix ans et y développe une carrière musicale foisonnante : il crée deux groupes de musique tzigane (Finzi Mosaique Ensemble et Lautari de Bucarest) au sein desquels il est directeur artistique. Outre sa carrière de comédien avec la Cie. De l’archet et soufflet (théatre-musical), il travaille avec l’ensemble de musique baroque « La Tempesta » sous la direction du violoniste Patrick Bismuth avec lequel il monte un répertoire croisé de musiques baroques et tziganes (création à l’Abbaye de Royaumont).

Il se produit depuis 15 ans dans différentes formations (Binobin, Soha, Tomuya, Arbols, Les Attaqués, Dj Click, Gaelle Marie, etc …) sur des scènes comme l’Olympia de Paris, le Zenith, le New Morning, Le Théatre des deux Anes, La Halle aux Grains de Toulouse, Le Parco Theatre de Tokyo, le Global de Copenhague, etc…

Nathalie weksler (alias masha) : chant

Nathalie Weksler, chanteuse à la carrière éclectique, débute sa formation en jazz vocal à Paris auprès des chanteuses de jazz Laurence Saltiel, puis Sara Lazarus au début des années 90; elle effectue des masterclass avec la chanteuse Michele Hendricks et le guitariste-chanteur Pierrick Hardy. Formée à la technique vocale classique par Catherine Estourelle soprano, à Paris, elle poursuit sa formation lyrique au sein du Conservatoire à Rayonnement Régional de Besançon, dans la classe d’Aniella Zins. Dans le chœur féminin du CRR dirigé par Aniella Zins, elle chante sous la direction d’Emmanuel Mandrin un répertoire baroque français et italien, puis sous la direction de Sébastien Daucé en résidence avec l’Ensemble Correspondances, un répertoire de motets méconnus de Marc-Antoine Charpentier.

Elle a été formée en Direction de choeur par Brigitte Rose dans sa classe au Conservatoire de Montbéliard entre 2012 et 2015. Elle a suivi une formation de musicienne intervenante dans les écoles (CFMI de Lyon- Lumière II), et a travaillé comme intervenante et chef de choeur dans le Jura où elle s’était installée en 1998.

Elle a chanté dans plusieurs projets de musiques du monde: Trio Lekhaïm! musiques klezmer et chants yiddish; Trio vocal  Les Têtes en l’Air chants du monde a cappella,  Transat Irish Trad chants irlandais et écossais, Gefilte Swing, swing yiddish américain.

Ses origines familiales, juives polonaises et roumaines, l’orientent tôt vers les musiques  d’Europe de l’Est, les musiques instrumentales klezmer, qu’elle aborde par la danse, et un répertoire traditionnel de chants en yiddish, qu’elle chante et a également à coeur de transmettre lors de stages et ateliers vocaux.

Puisant dans le jazz et les musiques traditionnelles, elle interprète depuis une vingtaine d’années un répertoire de chants en langue yiddish et judéo-espagnole, accompagnée par des musiciens évoluant dans des univers musicaux jazz et world. Elle crée son groupe ZAMRI en 2005 avec Bernard Montrichard, guitariste, et Damien Hénard contrebassiste, bientôt rejoints par Charles Pavageau percussionniste, puis Vladimir Torres, bassiste.

Les Solistes Byzantin

Les Solistes Byzantin

Frédéric Tavernier-Vellas, diplômé en musique byzantine de l’État Grec, dirige l’ensemble Les Solistes Byzantin dont la vocation est de faire connaître les trésors musicaux du répertoire liturgique de l’orthodoxie grecque. Il participe à la plupart des recherches et concerts de l’ensemble Organum sur les répertoires liturgiqu es latins et donne des master-class en France et à l’étranger. Il donne des formations régulières dans le cadre du CIRMA dirigé par Marcel Pérès ou encore à l’Abbaye de Sylvanès. Il mène par ailleurs un travail de recherche sur la cantillation hébraïque dans la tradition séfarade. Il collabore avec le label Psalmus avec lequel il a enregistré une dizaine de CD.

Retrouvez-les le mercredi 30 mai en concert !

Ileana Ortiz

Arrivée en France en 2015 pour poursuivre ses études de chant, engagées au Mexique en 2009, elle intègre un cursus en chant lyrique avec Sharon Coste au Conservatoire de Bordeaux et en musique baroque avec Claire Lefilliâtre, Kevin Manent et Damien Guillon.
Active auprès de l’ensemble vocal Vox Cantoris et le Festival Les Riches Heures de La Réole, elle s’y installe définitivement en France en 2017 et entame des études en orgue avec Martin Tembremande et Eva Darracq au Conservatoire de Bordeaux. Elle est membre de l’Ensemble Les Solistes de la Musique Byzantine et participe à ses créations dans différents répertoires comme la Musique Antique de Grèce ou la Musique Byzantine de Sicile.

Elèni Bratsou

Chanteuse grecque, remarquée par Nena Venetsanou, est spécialisée à la fois en musiques traditionnelles du bassin méditerranéen (Grèce, Arménie, Séfarade…) & en musiques anciennes d’Occident et d’Orient (médiévales, de la renaissance, baroques.)
Elle a fait des études de Ethnomusicologie en Angleterre et de chant classique au Conservatoire National d’Athènes. Elle a suivi des stages en musicothérapie et sur la technique Alexander et elle enseigne dans l’esprit de ces deux disciplines.
Elèni Bratsou est la fondatrice et la chanteuse de l’Ensemble Ithaque. Elle s’est produit avec Alain Aubin, Antonio Placer et Elena Ledda et elle travaille régulièrement avec l’Ensemble Baroques Graffiti, Frédéric Tavernier-Vellas et les Solistes de la Musique Byzantine, Pascal Gallon (musiques de renaissance), Kalliroi Raouzeou et Michel Volkovitch (la poésie grecque chantée). Elle a donné des concerts dans les festivals et théâtres tels que: La Bastide de la Magalone – Marseille , Cité de la Musique – Marseille, Festival International de Cinque Terre – La Spezia, Festival des Musiques Anciennes de la Réole, Festival De Vives Voix – Marseille, Abbaye de l’Escaladieu – Hautes Pyrénées, Théâtre Municipal de Rezé, Centre culturel Jean Gagnant – Limoges, MC2: Grenoble scène nationale, etc.

Benjamin Simao

Au sein de son atelier Tri Nox Samoni, Benjamin Simao reconstitue d’anciens instruments tant dans le domaine des cordes que des vents. Archéomusicologue et musicien, il donne également des conférences et se produit régulièrement sur scène en concert acoustique. Il propose, tout au long de l’année différents ateliers pour petits et grands.

Frédéric Tavernier-Vellas

Après de solides études musicales classiques en hautbois, il oriente sa recherche musicale vers le chant et, plus particulièrement, la musique classique de Grèce ou chant byzantin. Il se forme auprès de grands maîtres et interprètes de cette musique comme le père Ioakim Grillis de Patmos, Maximos Fahmé d’Alep en Syrie, et surtout Lycourgos Angelopoulos le directeur du Chœur Byzantin de Grèce. Il préparera et obtiendra son diplôme de musique byzantine au conservatoire Philippos Nakas à Athènes sous la direction de ce dernier. En 2005, il collabore avec Lycourgos Angelopoulos pour la rédaction du livre Les Voix de Byzance paru aux éditions Desclée de Brouwer. Il fonde également l’ensemble “Les Solistes de la Musique Byzantine” dont la vocation est de faire découvrir, par les concerts et les enregistrements, les trésors de la civilisation musicale byzantine. Avec Fouad Didi, maître réputé de la musique arabo-andalouse, il fonde le groupe d’Asie mineure en Andalousie qui met en résonance les répertoires traditionnels de la musique grecque d’Asie mineure et les répertoires traditionnels arabo-andalous. Frédéric Tavernier-Vellas est membre de l’ensemble Organum de Marcel Pérès et participe régulièrement au travail de recherche, aux enregistrements et aux tournées de l’ensemble depuis une dizaine d’années.

 

 

The Beggar’s ensemble

The Beggar’s Ensemble

The Beggar’s ensemble sur instruments anciens se créé en 2016 à Lyon sous l’initiative de la claveciniste Daria Zemele et du violoniste Augustin Lusson afin de promouvoir le répertoire anglais pour violon et basse continue du début du XVIIIe siècle.

Depuis 2016, il effectue un travail de recherche et d’interprétation autour du répertoire du compositeur Richard Jones et en particulier de ses op 2 & 3. La découverte de ce compositeur a fait naître le désir d’une recherche passant par la création musicale et l’intime conviction que l’expression musicale ne peut se passer d’une recherche approfondie sur l’univers qui l’a vu naître. Ce groupe a pour objectif de développer une théâtralité musicale propre mais historiquement informée à travers la découverte de nouveaux répertoires.

The Beggar’s ensemble effectue sa première au Konzerthaus de Vienne lors du festival Resonanzen 2017 puis se produit en France et à l’étranger comme au festival Le Printemps Baroque de Spa, Toulouse les Orgues, la WDR 3 à Cologne avec des programmes en solo ou en trio. Il est également membre du Dialectif, un jeune collectif d’artistes-musiciens d’horizons différents à Lyon. The Beggar’s Ensemble a remporté en 2017 le prix WDR 3 lors du Concours international de musique baroque HIF Biber à St Florian en Autriche.

Orbe (Suisse)

Le samedi 2 juin, le temple d’Orbe accueille l’ensemble Cristofori qui interprétera Stabat Mater et Symphoniae de Giovanni Battista Pergolesi. Ce concert est uniquement valable pour les voyageurs en bus sur la Via Francigena.

 

Le temple d’Orbe

Aussi appelé Église réformée Notre-Dame d’Orbe, ou Grande Église d’Orbe, le temple d’Orbe est un temple protestant situé en Suisse dans la commune vaudoise. Cette église fut construite au XIIe siècle mais détruite par un incendie en 1407 pour la première fois. Par ailleurs, cet incendie s’est étendu à toute la ville pour n’y laisser que quelques traces. C’est seulement un siècle plus tard que le temple fut reconstruit, par Balthazar Huguenin et Balthazar Jeanneret. entre 1521 et 1525, il fut achevé par Antoine Lagniaz. Aujourd’hui, le Temple d’Orbe est inscrit en tant que bien culturel suisse d’importance nationale.

 

Comment y accéder ?

Située en face des Escaliers de la Poterne, la Grande Église d’Orbe est au cœur de la ville d’Orbe. Vous pouvez y accéder par la Grande Rue et la Place du Marché, à quelques minutes du bureau de poste (rue de la Poste).

Plan rapproché du centre-ville d'Orbe, menant à l'Eglise réformée Notre-Dame, Temple d'Orbe

Les Rivages

Les Rivages est un ensemble de jeunes musiciens, actuellement étudiants à la Schola Cantorum Basiliensis. Formé en 2016, il tend à défendre le répertoire de musique française des 17ème et 18ème siècle, à travers les cantates, les airs de cours, l’opéra et la musique instrumentale. Un de ses objectifs est notamment de mettre en valeur la littérature présente dans ce répertoire. Cécilia Roumi, ainsi que Clémentine Leduque, cherchent à mettre en valeur l’intérêt de la bonne déclamation, de la gestuelle et de la « mise en espace » appuyée sur les sources historiques et l’iconographie.

Cécilia Roumi : Soprano

Cécilia Roumi est une soprano française.

Cécilia Roumi

Elle débute le chant au Conservatoire à Rayonnement

Régional de Lyon dans la classe de Denis Manfroy puis intègre les conservatoires du 7e chez Gisèle

Fixe et du 18e chez Sophie Hervé. Au même moment, elle se forme à la musique ancienne dans la classe de Caroline Dangin-Bardot au Conservatoire de Levallois. Ell intègre en 2015 la Schola Cantorum de Bâle dans la classe d’Ulrich Messthaler, et suit les masterclasses de Margreet Hönig, Flavio Ferri-Benedetti, Evelyn Tubb, Anthony Rooley, Marc Mauillon, etc. Parallèlement à sa formation de chanteuse, Cécilia Roumi étudie la littérature et obtient l’agrégation de lettres modernes en 2012. Elle fonde en 2015 l’Ensemble Byzance à Bâle avec Emile ter Schegget et Csongor Szanto, Alvaro Etcheverry et Teun Wisse, dont le but est la création d’œuvres dramatiques musicales de la période baroque.

Pablo Gigosos rico : traverso

Né à Valladolid, Pablo Gigosos a commencé à étudier la flûte avec Alicia Garrudo et Belén Sánchez au Conservatoire de Salamanque (Espagne). A dix-neuf ans, il a été admis au Conservatoire Royal Koninkijk Den Haag, en Hollande où il finit son Bachelor Dégrée avec Léon Berendse au Conservatoire de Tilburg. Dans le même temps, il suit des cours avec Robert Winn à Cologne (Allemagne) pendant trois ans. Au cours de ces années, il étudie le traverso avec Wilbert Hazelzet, et prend des cours supplémentaires avec Barthold Kuijken et Kate Clark. Depuis 2016, il est étudiant à la Schola Cantorum Basiliensis avec le professeur Marc Hantaï.  Il a été membre et collaborateur des orchestres tels que Britten-Pears Orchestra, uva-Orkest Sweelinck, Orchestre de la Schola Cantorum Basiliensis, Concerto Barocco Basel Atheneum Kamerorkest, « Con Passione » Orchestra, Koninklijk Conservatorium Orchestra, JOSS, NIEUW Geluid Orchestra, JOBASCyL, et il a joué dans des salles de concert en Espagne, Hollande, Belgique, France, Allemagne et Suisse. Il a joué avec nombreux groupes de chambre dont il convient de mentionner Tabula LXIV, Les Rivages et Weber Ensemble Trio. Pablo Gigosos, afin d’acquérir de nouvelles compétences, a suivi des cours avec de grandes personnalités telles que Clara Andrada, E. Pahud, Gulce Küçükaslan, Julia Gallego, Antonio Núez, Vicens Prats, Bernold, Felix Renggli, Hansgeorg Schmeiser, Willem Tonnaer et Alvaro Octavio entre autres.

alejandro gomez lozano : viole de gambe

Alejandro Gómez Lozano est né en 1990 à Cuenca (Espagne). Il débuta son education musicale à l’âge de 12 ans dans la classe de violoncelle du conservatoire de Cuenca. À 19 ans, il poursuit ses études à Castellón, et quatre ans plus tard à Eisenstadt (Autriche). Avec le désir d’étudier la musique ancienne, il déménage finalement à Bâle en 2015 pour étudier la viole de Gambe. Il est actuellement élève en Bachelor de viole de Gambe dans la classe de viole de Gambe de Paolo Pandolfo à la Schola Cantorum Basiliensis.

clementine leduque : clavecin

Suite à l’obtention de son baccalauréat de littérature avec l’option théâtre en 2011, Clémentine LEDUQUE étudia la Musicologie à l’Université de Besançon où elle obtint sa licence en 2014. C’est lors de ces études de musicologie qu’elle s’est passionné pour la musique baroque et qu’elle a découvert la pratique de la Basse-continue.

Ainsi, elle mit un terme à ses études de flûte traversière moderne qu’elle suivait depuis ses six ans, afin de se consacrer à l’apprentissage de la Basse-Continue dans la classe de Michael Parisot, du traverso avec Florence Aoustet et de l’orgue avec Pierre-Yves Fleury, tous enseignants au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Besançon. Dans le même temps, elle complète son parcours avec des cours de chants, d’écriture musicale, de composition, d’analyse et de formation musicale, dans ce même établissement. En septembre 2016, elle intégra un Bachelor dans la classe de clavecin de Jörg-Andreas Bötticher à la Schola Cantorum Basiliensis. Conjointement à sa première année dans cette école, elle obtint ses deux Diplômes d’Etude Musicale (DEM) en Basse-Continue et au traverso.

Clémentine LEDUQUE porte un grand intérêt pour le répertoire de musique française vocal, avec également une curiosité pour la déclamation et la gestuelle historique. Après son Bachelor de clavecin, elle espère intégrer un Master de Basse-continue afin de développer ses connaissances en musique de chambre, accompagnement et direction d’ensemble. Elle est aussi motivée pour poursuivre ses études de traverso, ainsi que pour suivre des formations de théâtre baroque et de pédagogie.

 

Église Saint Pierre et Saint Paul

C’est le dimanche 27 mai que le village de Nods-Les Premiers Sapins accueille Jan-Willem  Jansen pour jouer un concert d’orgue à la mémoire de Michel Chapuis.

 

L’Église Saint Pierre et Saint Paul

Nods, de son nom Nods-Les Premiers Sapins, est un village ouvert depuis septembre 1997. Chaque année, deux foires y prennent place. Mais Nods est également connu pour sa célèbre église de Saint Pierre et Saint Paul, datant de 1762. On peut y retrouver un orgue classé Monument Historique en 1990, restauré en 1993 et encore souvent utilisé pour des concerts.