Chapelle des Annonciades (Pontarlier)

Le samedi 2 juin, à 15h, Brice Duisit interprétera des chansons narratives, épiques et hagiographiques du Xe et XIIe siècle. Ce concert, Domine Deu devemps lauder …, sera joué à la Chapelle des Annonciades, 69 rue de la République à Pontarlier.

 

La Chapelle des Annonciades

La chapelle est un lieu de culte catholique romain, protégée en tant que monument historique (deux titres pour son portail et ses vantaux en 1913 et un autre pour le reste de la chapelle en 1936). Il s’agit en réalité de l’ancienne chapelle du couvent des annonciades de Pontarlier. Cet édifice a été construit à partir de 1612 et sera poursuit de 1713 à 1715, respectivement par Antoine Belin et Nicolas Cailler. Désacralisée depuis la fin des années 1920, la chapelle est devenue une salle d’exposition et accueille différentes représentations.

 

Comment y accéder ?

Située au centre-ville de Pontarlier, la Chapelle des Annonciades se trouve au 69 rue de la République, dans le département du Doubs. En plein cœur culturel, la chapelle se situe à deux pas de la médiathèque municipale et du musée, situé à côté de la mairie de Pontarlier Haut-Doubs. Depuis l’aérodrome de Pontarlier, vous pouvez accéder à la chapelle en empruntant la rue de Salins (en direction de la Halle De Marché Emile Pasteur et de l’office du tourisme de Pontarlier).

Romainmôtier (Suisse)

Lors du voyage musical sur la Via Francigena, le site de l’abbatiale à Romainmôtier, en Suisse, accueillera Les Alizés. L’ensemble interprétera Ce moys de May soyons lies … (Quel est donc cet amour que l’on dit courtois ?) pour la première fois du festival, le dimanche 27 mai. Ce concert est organisé dans le cadre des 50 ans de la Fondation Romainmôtier, en collaboration avec les Concerts de Romainmôtier et la Paroisse de Vaulion-Romainmôtier.

 

Le site de l’abbatiale

Construite entre 990 et 1028 sur le modèle de l’église de Clunny, l’abbatiale est l’une des plus anciennes églises romanes de Suisse, dans le canton de Vaud. Ce lieu de culte accueille régulièrement concerts et manifestations religieuses. L’abbatiale résonne à présent sous les notes de son orgue contemporain, à quelques mètres seulement d’un lieu de fête : la Maison du Prieur (bâtiment historique pouvant accueillir près de 200 personnes).

 

Comment y accéder ?

Plan détaillé de Romainmôtier (Suisse)

Orbe (Suisse)

Le samedi 2 juin, le temple d’Orbe accueille l’ensemble Cristofori qui interprétera Stabat Mater et Symphoniae de Giovanni Battista Pergolesi. Ce concert est uniquement valable pour les voyageurs en bus sur la Via Francigena.

 

Le temple d’Orbe

Aussi appelé Église réformée Notre-Dame d’Orbe, ou Grande Église d’Orbe, le temple d’Orbe est un temple protestant situé en Suisse dans la commune vaudoise. Cette église fut construite au XIIe siècle mais détruite par un incendie en 1407 pour la première fois. Par ailleurs, cet incendie s’est étendu à toute la ville pour n’y laisser que quelques traces. C’est seulement un siècle plus tard que le temple fut reconstruit, par Balthazar Huguenin et Balthazar Jeanneret. entre 1521 et 1525, il fut achevé par Antoine Lagniaz. Aujourd’hui, le Temple d’Orbe est inscrit en tant que bien culturel suisse d’importance nationale.

 

Comment y accéder ?

Située en face des Escaliers de la Poterne, la Grande Église d’Orbe est au cœur de la ville d’Orbe. Vous pouvez y accéder par la Grande Rue et la Place du Marché, à quelques minutes du bureau de poste (rue de la Poste).

Plan rapproché du centre-ville d'Orbe, menant à l'Eglise réformée Notre-Dame, Temple d'Orbe

Église Saint Pierre et Saint Paul

C’est le dimanche 27 mai que le village de Nods-Les Premiers Sapins accueille Jan-Willem  Jansen pour jouer un concert d’orgue à la mémoire de Michel Chapuis.

 

L’Église Saint Pierre et Saint Paul

Nods, de son nom Nods-Les Premiers Sapins, est un village ouvert depuis septembre 1997. Chaque année, deux foires y prennent place. Mais Nods est également connu pour sa célèbre église de Saint Pierre et Saint Paul, datant de 1762. On peut y retrouver un orgue classé Monument Historique en 1990, restauré en 1993 et encore souvent utilisé pour des concerts.

Mairie de Montfaucon

Durant le festival, la mairie de Montfaucon, située 14 rue des Fontaines, accueillera dans la salle Marianne la conférence sur La genèse de la Chanson de sainte Foy, le vendredi 1er juin.

 

L’histoire de Montfaucon

Le village de Montfaucon, situé à quelques minutes en voiture de la ville de Besançon, tient son nom de la grande famille seigneuriale des Montfaucon. En effet, elle a permis la construction d’un château fort aux portes de Besançon, en 1050, créant ainsi les portes du village qui, auparavant, n’existait pas. Puis, de plus en plus de maisons se sont créées au pied du château, jusqu’à la fondation d’une église paroissiale en 1311 qui signe l’apogée de cet ensemble.

Plusieurs années plus tard, après la perte des fonctions militaires par le château à la fin du XVe siècle et la création de nombreux espaces agricoles et granges (qui donnent le nom de Montfaucon-les-Granges), un transfert progressif des habitants dans ce petit village se met en place. C’est après la seconde Guerre Mondiale de Montfaucon se développe réellement. La révolution agricole fait disparaître la population paysanne et l’essor économique de Besançon donne à Montfaucon une nouvelle vocation de village résidentiel de la banlieue bisontine.

 

Comment y accéder ?

Située au cœur du village de Montfaucon, la mairie est à proximité de l’Église de La-Nativité-de-Notre-Dame. Il est possible d’y accéder par la rue de la Fruitière et la rue de l’Église.

Plan de Montfaucon permettant d'atteindre la mairie du village

Église de La-Nativité-de-Notre-Dame

Pendant le festival

L’Église de La-Nativité-de-Notre-Dame est située au 57 rue du Comté de Montbéliard, à Montfaucon. Au cours du festival, elle accueillera différents concerts et artistes :

  • Le samedi 26 mai : Ensemble Cristofori – Une révolution à Vienne !
  • Le vendredi 1er juin : Brice Duisuit – La Chanson de sainte Foy
  • Le dimanche 3 juin : Les Alizés – concert-lecture pour enfants et parents « L’oiseau bleu »
  • Le dimanche 3 juin : Ensemble Cristofori – Pour les chevaliers de la Vierge des Douleurs …

 

L’Église de La-Nativité-de-Notre-Dame

Cette église comtoise est située dans le village de Montfaucon, près de Besançon. A l’origine, une première église dédiée à la Nativité Vierge Marie fut fondée à Montfaucon en 1311, à proximité du château du village. C’est en 1743 que plusieurs conversations sont engagées pour reconstruire une église dans le village, mais la première pierre du nouvel édifice ne fut posée qu’en 1775 et elle sera achevée en 1785. L’édifice comporte un clocher à dôme à impériale, dit comtois, et une façade dotée d’un fronton curviligne précédé de son porche porté par quatre colonnes doriques. Enfin, depuis le 16  avril 2009, cette église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques.

 

Comment y accéder ?

A deux pas de la mairie de Montfaucon et parallèlement à la rue de l’église, l’Église de La-Nativité-de-Notre-Dame sur la D146.

Préfecture du Doubs

Le jeudi 31 mai, à 20h30 à Besançon, aura lieu un concert de l’ensemble Les Alizés qui interprétera Le Cabinet des Fées, un concert-lecture comprenant L’oiseau bleu de Marie-Catherine d’Aulnoy. Ce concert prendra place à la préfecture du Doubs, au salon Lacoré, situé au 8 rue Charles Nodier.

 

La préfecture du Doubs

L’Hôtel de préfecture du Doubs, aussi appelé Préfecture de Besançon ou Hôtel de l’Intendance, est un bâtiment public de la ville de Besançon. Ce bâtiment est l’ancien siège de l’intendance (administration royale des provinces) de la Généralité de Besançon (circonscription administrative de Franche-Comté créée en 1676). Il fut bâti dans un style classique, à la fin du XVIIIe siècle, sous la direction de l’architecte Nicolas Nicole qui fut également l’architecte de la chapelle du Refuge et de l’Église de la Madeleine à Besançon. Il accueille, depuis la Révolution Française, les services de préfecture du département du Doubs et de la région Franche-Comté.

L’édifice est maintenant classé au titre des monuments historiques, depuis le 19 septembre 1923 pour une première partie et le 30 juillet 1963 pour la deuxième partie.

Enfin, la préfecture du Doubs servit à deux reprises de décor pour les adaptations cinématographiques du Rouge et le Noir – Stendhal, dont une partie des scènes se déroule à Besançon, en particulier au sein du grand séminaire et du Palais de justice. C’est après l’adaptation anglais de Ben Bolt – Scarlet and Black en 1993 que le film de Jean-Daniel Verhaeghe pris pour décor de film la préfecture de Besançon.

 

Comment y accéder ?

La préfecture du Doubs se situe 8 rue Charles Nodier. A deux pas du parc Granvelle, vous pouvez retrouver le bâtiment au bout de la rue de la préfecture, en direction du Comité Établissement de Banque de France et MDPH25 (Maison Départementale des Personnes Handicapées du Doubs), vous apercevrez la grande porte du bâtiment à l’intersection qui se trouve au bout de la rue.

Plan de Besançon menant à la préfecture du DoubsPlan rapproché des rues de la Préfecture et Charles Nodier

Bistrot L’Effet Bœuf

Pendant le festival

Quelques jours après le début du festival, le 29 mai, une conférence sur les instruments antiques se tiendra au bistrot L’Effet Bœuf, au 3 rue Mairet.

Comment y accéder ?

Situé en plein centre-ville de Besançon, ce bistro prend place à deux pas de la brasserie Granvelle, rue Mairet. Vous trouverez ce bistro juste à côté du Khursaal, entre le théâtre et le bar de l’U.

Centre Diocésain – Chapelle de la Présentation

Pendant le festival

Le Centre Diocésain, au 20 rue Mégevand, accueillera de multiples concerts pendant ce festival. Vous pourrez entendre :

  • Le lundi 28 mai (concerts After-noon) : Kasber’girlsVous avez dit brunettes ? (concert en entrée libre proposé en partenariat avec le CNSM de Lyon et le Centre Diocésain)
  • Le mardi 29 mai : Camille Eimberk, Charlotte Ravier, Michèle Winterlig et Michaël ParisotPianti Amorosi
  • Le mercredi 30 mai : The Beggar’s Ensemble – musique anglaise du début du XVIIIe siècle
  • Le jeudi 31 mai : Les Rivages – Cantates françaises de Campra et de Clérambault
  • Le vendredi 1er juin : élèves du Département Musiques Anciennes du CRR – Affetti Musicali

 

Le Centre Diocésain

Le Centre Diocésain est au cœur de diverses propositions culturelles et artistiques. En effet, on peut y retrouver des conférences, expositions, concerts, théâtres musicaux … Cette programmation culturelle est assurée chaque année par l’association Grammont Haute-Comté qui répond à sa mission de favoriser le rayonnement culturel du Centre Diocésain et de valoriser le patrimoine historique du site (séminaire, chapelle, cours intérieures, bibliothèque …). Ce centre s’inscrit dans une histoire, celle du Grand Séminaire : Antoine Pierre 1er de Grammont, un grand archevêque de Besançon et réformateur de la vie spirituelle, a créé ce lieu de formation pour les prêtres.

En 2005, la rénovation de ce Centre Diocésain fut terminée. Suite à ça et dans la continuité de cette grande histoire, le Grand Séminaire devint le « Centre Diocésain Antoine Pierre 1er de Grammont », aujourd’hui devenu maison d’accueil diocésaine.

Au sein de ce centre, nous pouvons retrouver différentes activités : centre de rencontre, de formation et de parole (groupes à visée pastorale ou sociale), lieu d’Eglise vivant et ouvert, maison de retraire accueillant des prêtres et aides aux prêtres en retraite, résidence pour les prêtres encore en activité et enfin un espace culturel foyer de diverses activités, comme expliqué ci-dessus.

 

Comment y accéder ?

Le Centre Diocésain se trouve en plein cœur du centre-ville de Besançon, au 20 rue Mégevand. Afin d’y accéder, vous pouvez suivre la rue Mégevand, se trouvant devant le tribunal/Cour d’Appel de Besançon (en face de l’arrêt de bus Mairie), qui relie le collège Victor-Hugo à la faculté de lettres UFR SLHS. Le Centre Diocésain se trouve donc à quelques minutes à pieds de la mairie, juste avant le croisement entre la rue Mégevand et la rue de la Préfecture.

Notre-Dame de la Libération

Le crypte de Notre-Dame de la Libération

Ce crypte, lieu de culte catholique, est situé sur le mont des Buis à 500m d’altitude, à Besançon. A l’origine, ce lieu était un site militaire construit durant le conflit franco-prussien de 1870, permettant de renforcer les défenses de la capitale comtoise.Hélas, il fut laissé à l’abandon et est devenu obsolète. De ce fait, après la seconde Guerre Mondiale, le site du fort des Buis fut choisi par Maurice-Louis Dubourg afin d’édifier un lieu de commémoration et de mémoire. L’archevêque se l’était promis si la ville de Besançon n’était pas ravagée par les bombardements. De ce fait, la crypte, surmontée d’une statue de la vierge Marie, fut consacrée à cet hommage et permis d’inscrire les noms des 5500 diocésains, civils et militaires morts pendant la seconde Guerre Mondiale. Ces plaques commémoratives tapissent ainsi les murs intérieurs de l’édifice.

Quelques années plus tard, en 2011, la crypte devenait vétuste et fut jugée comme étant dans un état préoccupant. De ce fait, la décision d’une réhabilitation totale est entreprise afin de pouvoir rendre toute sa splendeur à l’édifice.

Aujourd’hui, cette église est l’une des plus petites de la ville de Besançon mais également l’une des plus connues. La crypte accueille de nombreuses cérémonies et commémorations en plus des prières quotidiennes des fidèles. Enfin, de nombreux visiteurs et habitants de Besançon sont attirés et se déplacent afin d’admirer ce lieu de mémoire et ce panorama exceptionnel sur toute la ville et ses environs.

 

 

 

Comment y accéder ?

La crypte de Notre-Dame de la Libération se situe à Morre, 25 660, à quelques minutes en voiture de Besançon. Perpendiculaire au chemin de la Chapelle des Buis, la crypte peut être atteinte en empruntant le chemin des Mercuraux ou le chemin des Mialottes. Au bout du chemin de la Chapelle des Buis, vous trouverez aisément la crypte de Notre-Dame de la Libération.