25 mai – Randonnée Musicale

Randonnée musicale sur la Via Francigena

De Jougne à Orbe en passant par Ballaigues et Moncherand (7,6 km). Quatre guides seront à votre disposition !

10h30 : départ devant l’église de Jougne

12h : arrivée à La Ferrière, pique-nique musical (offert par la ville d’Orbe) avec David Stützel, luth et lame chantante…

13h15 : départ de La Ferrière

14h : arrivée à Ballaigues (un bus vous emmènera ensuite à Moncherand)

14h30 : Concert à l’église romane Saint Etienne de Moncherand – 

Préludes de Johann Sebastian Bach

Johann Sebastian BACH (1685-1750)

Première partie du « Klavierbüchlein » pour Friedemann Bach

I*N*I

Applicatio

Praeambulum

Wer nur den lieben Gott lässt walten

Praeludium

Jesu, meine Freude

Allemande I/II

Praeambulum I/II

Praeludium

Menuet I/II/III

Arthur Schoonderwoerd, clavecin 

Entrée libre avec collecte à l’issu du concert

15h : départ pour Orbe (2km)

16h15 : concert des Kapsber’girls

Chansons et pièces instrumentales de l’Italie et de l’Espagne du 17ème siècle…

Alice Duport-Percier, soprano 

Axelle Verner, mezzo-soprano

Barbara Hünninger, viole de gambe, basse de violon

Albane Imbs, cordes pincées, direction

Entrée libre avec collecte à l’issu du concert

1A

Pour les personnes venant de France en Autocar:

De Besançon à Jougne 

Un autocar partira de Besançon, Gare Viotte, à 8h30 pour arriver à Jougne à 10h15, en passant par Montfaucon à 9h, arrêt au parking devant la salle d’accueil. 

Départ à Orbe à 17h15 et retour à Besançon prévu pour 19h00.

Sur réservation(limité à 50 places)

Achats de billets exclusivement sur réservation avec paiement. Merci de penser à avoir avec vous une pièce d’identité pour passer la frontière

1B

Pour les personnes venant de Suisse et de France en voiture à Orbe:

D’Orbe à Jougne 

Une navette partira de Orbe, Parking ‘Au Puisoir’, à 9h45 pour arriver à Jougne à 10h15. Vous pouvez laisser votre voiture au Parking ‘Au Puisoir’ lors de la randonnée. 

Sur réservation

-sur la billetterie en ligne pour la SUISSE : 

https://www.yverdonlesbainsregion.ch

En partenariat avec « l’Office du tourisme d’Orbe et environ », et « l’Office de Tourisme de Vallorbe ».

Garance Boizot


Née à Paris, dans une famille de musiciens, Garance Boizot commence la viole de gambe et le violoncelle à l’age de sept ans. La pratique de ces deux instruments lui a donné l’opportunité de jouer dans diverses formations parmi lesquelles l’orchestre, le quatuor à cordes, le consort de violes, et de nombreux projets de musique de chambre.

Au fils des années, elle a bénéficié de l’enseignement et les conseils de multiples musiciens comme notamment Christine Plubeau à Paris; Olivier Schneebeli pour des concerts à la Chapelle Royale de Versailles ; Wieland Kuijken en masterclass, Paolo Pandolfo et Juan Manuel Quintana durant des stages. Elle a pris part à de nombreux projets d’orchestre et de musique de chambre tels que Koechel 440, La Banda Ariosa ou encore WorldOpera Lab au cours duquel elle a partagé la scène avec un danseur contemporain et un conteur d’histoire.

Elle est à présent un membre régulier de l’ensemble Le Voci delle Grazie, ensemble tournée vers lamusique vocale Italienne du 16ème et 17ème siècle, qui a récemment intégré le programme EEEmerging. Ces différents projets l’ont menés à se produire dans de grands festivals aux Pays-Bas et en Europe: Festival JAN EFF, MA Fringe Festival à Bruges, Festival Vivat Curlandia en Lettonie et le Festival de Musique Ancienne de Utrecht.

Après un diplôme d’études musicales au CRR de Paris, suivi d’un Bachelor au Conservatoire Royal de la Haye avec Mieneke van der Velden et Philippe Pierlot, elle poursuit à présent ses études en Master de viole de gamba au Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon avec Marianne Muller. En parallèle, elle a récemment intégré le Conservatoire à Rayonnement Régional de Lyon dans la classe de violoncelle baroque d’Hager Hanana.

Noman Hanna

Noman Hanna est né dans la ville de Qabré Héworé, située dans le Nord Est de la Syrie. Il a étudié là-bas. Il apparaît dans diverses festivités et activités artistiques.

En 1986, il poursuit ses études de musique dans l’institut d’Alep. Il peut profiter de ses contacts avec de grands musiciens tels que Nouri Iskandar, Qadri Dallal, Elias Bachoura et pleins d’autres.

En 1990, il arrive en Belgique et s’installe à Bruxelles. Plus tard, il créa le groupe « Orchina » et anime des festivités (mariage, baptême,… ).

Le chanteur Noman Hanna a produit 5 albums: 

En 1992: Lebo Kriho 

En 1995: Neshre Sabre Di ‘Ito

En 1997: Variétés de chansons syriaques 

En 1999: Akoro D’Lo Ar’O

En 2000: Variétés de chansons syriaques 

En coopération avec le musicien Elias Bachoura, Noman a créé un album de nouveau style. Les arrangements musicaux diffère des anciens albums, on y trouve des chansons Turques, Egyptiennes et Arméniennes. 

Le but est d’arrivé à une formule d’arrangement musical qui correspond à la mélodie syriaque.

Noman s’est assuré de choisir des textes et mélodies de divers poètes et musiciens pour vous offrir une Variétés de musiques.

Maintenant, Noman participe régulièrement à des activités artistiques dans de nombreux centre culturels de Belgique. Il a gagné la 1ère place en tant que meilleur chanteur et meilleur chansons au premier festival de musique syriaque à qui a eu lieu à Giessen (Allemagne) en Novembre 2006. 

Elias Bachoura

Elias Bachoura est né à Althora, (1974), petite ville située au bord de l’Euphrate au nord syrien. Il a appris et a grandit au sein d’une famille aimant l’art et la musique. Comme son père et son oncle jouaient le oud cela lui permet de faire la rencontre avec cet instrument et aimer sa résonance.

Il a fréquenté beaucoup de musiciens locaux avec lesquels il a joué, apprit et construit ses premières bases de connaissances artistiques et musicales.

En 1993, Il s’est rendu à Damas pour rencontrer Mahmoud Ismaël, un grand professeur syrien, qui lui a donné ses premiers cours en harmonie et théorie de la musique orientale et occidentale, le Oud et le solfège d’une manière académique. Grâce à ce professeur il a pu bien se préparer et s’orienter pour faire ses études de musique au conservatoire de Damas.

1994 Il commence les études au conservatoire de Damas pour maîtriser le oud dans la classe du professeur azerbaïdjanais Askar Alikabirof qui lui a permis de développer sa technique en jouant un large répertoire de la musique occidentale et orientale sur le oud. Pour aborder la composition Il commence à s’intéresser à l’harmonie, la théorie de la musique, l’analyse et le contrepoint et devient un élève préféré dans la classe de professeur russe Victor Babinkof. Il fait aussi l’orchestration et l’histoire de la musique classique avec le Maestro Soulhi Alwadi.

1996, il a eu l’occasion de rencontrer le grand joueur de oud Munir Bashir dans un work shop au conservatoire de Damas avec ses amis de classe de oud, cette rencontre a eu beaucoup d’influence sur son style d’interprétation, l’art de Maqam, et l’improvisation.

En 2000, à la fin de ses études, il s’est rendu à Alep, la ville de l’art de Maqam et Mouachahat* pour travailler comme professeur de oud et formation musicale orientale et occidentale à l’institut de musique d’Alep où il fait la connaissance de grands professeurs de oud comme Qadri Dallal, Ibrahim Eldarwish et Hassan Tannari, le grand joueur de qanun syrien et le chanteur souffite Sabri Moudalal .. Puis, il travaille comme soliste pour la première fois de sa vie avec le compositeur Nuri Iskandar le concerto pour oud et orchestre au festival de la musique arabe à Damas, ce dernier, comme Elias venant de même culture et origine assyrienne, lui ouvre la porte de la musique syriaque de manière académique et loin de la liturgie et des rites de l’église. Ces rencontres à Alep approfondissent ses expériences dans l’art de maqam et modalités arabe et syriaque. 2001 il rentre à Damas et travaille avec l’orchestre de musique orientale du conservatoire. Dans la même année, il quitte le pays pour la Belgique et continue ses études au Conservatoire Royal de Bruxelles où il étudie la composition et l’orchestration dans la classe de Daniel Capelletti. Ce dernier est son premier professeur spécialiste dans ce domaine avec lequel il a commencé à découvrir sérieusement les méthodes académiques de composition de la musique sérieuses classique et contemporaine. Il approfondie aussi ses connaissances de la musique occidentale contemporaine en étudiant avec des professeurs comme Michel Lysight, Ivan Cayron, Jean-Pierre Ockerman, Philipps Gerard, et Jean Marie Rens.

Depuis son arrivée en Belgique, il donne des concerts de oud comme soliste et aussi avec des orchestres et ensembles belges comme Ola Vogale, l’ensemble Pandora de la musique du moyen âge.

Elias Bachura se consacre, de plus en plus à la composition et l’arrangement pour plusieurs groupes en Belgique et ailleurs en Europe.

Dans sa musique, on remarque qu’il essaie d’exploiter toutes ses expériences, courants ou moyens musicaux en profitant de plusieurs systèmes d’écriture que ce soit modal, tonal ou atonal. Des fois, on trouve un mélange de séries et de modes syriaques ou orientales en se basant sur la richesse des rythmes compliqués de la musique folklorique orientale du Moyen Orient. En effet, c’est une tentative de créer un nouveau style dont la sonorité n’est qu’une rencontre de plusieurs cultures avec une harmonie libre de toutes les règles, en formant un mosaïque de dissonances et de consonances dans la construction des parties de l’œuvre.

Depuis son arrivée en Belgique, il a travaillé comme professeur de oud dans plusieurs établissements artistiques ou culturel, au centre culturels arabes de Liège, à l’association Solidarité Belgo-Syriaque, au centre culturel arabe de Bruxelles. Actuellement, il est le professeur du oud au CCAPL à Liège et à la Muziepublique à Bruxelles. En préparation d’un Master didactique en Écritures Classiques à l’IMEP à Namur. Classe de maître : Michel DÉOM. 

Diego Salamanca

Après un cursus de guitare, Diego Salamanca se forme au luth auprès d’Armando Fuentes à l’Université Javeriana de Bogota, avant de poursuivre ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe d’Eugène Ferré, où il obtient successivement le Diplôme National Supérieur d’Etudes Musicales (luth baroque) en 2006 et le Certificat d’Etudes Complémentaires Specialisées (luth renaissance) en 2008. Attiré par le répertoire baroque pour le luth et les instruments à cordes pincées, il se consacre particulièrement à la musique française et germanique du XVIIème et XVIIIème siècles.

Porté également sur la pratique de l’accompagnement sur les instruments de la famille du luth et la réalisation de la basse continüe, notamment sur le théorbe, il participe régulièrement à des productions de musique scénique ou de chambre, ainsi qu’à des enregistrements. Entre autres, il s’est produit sous la direction de Phillip Picket, Christophe Coin, Gabriel Garrido, William Christie, Kenneth Weiss, Gérard Lesne, Skip Sempé, Alessandro de Marchi, François Lazarevitch… Par ailleurs, il a eu l’occasion de travailler sur le répertoire de luth auprès de Hopkinson Smith, Luciano Contini, José Miguel Moreno et Paul O’Dette.

The Contemporary Project

Sous la direction de Jean-Christophe Dijoux, The Contemporary Project réunit des amis et collègues musiciens rencontrés au gré de ses expériencesmusicales. Ce qui rassemble ici, c’est le plaisir de faire de la musique ensemble, de respirer d’un même souffle, et l’intégrité de l’engagement artistique. Et peu importe si la plupart des musicienssont lauréats des concours de Bruges, Leipzig ou Magdebourg, l’essentiel est ailleurs : mettre l’expérience et le savoir de chacun au service d’un projet musical commun, voilà l’enjeu. Assumant pleinement le caractère éphémère de l’exécution musicale, The Temporary Project cherche à faire de chaque concert une expérience unique, pensée pour un lieu et un public donné (« comme untailleur ajuste un vêtement », disait Mozart), partant du silence pour retourner au silence.

Jean-Christophe DIJOUX

Born in Saint-Louis (Réunion Island), Jean-Christophe Dijoux moved to Paris to continue his piano studies at the Conservatoire National Supérieur, where he discovered the sound of early instruments. After studying harpsichord and thorough bass with Françoise Marmin and Frédéric Michel, he graduated with distinction in the harpsichord classes of Robert Hill and Michael Behringer at the Hochschule für Musik of Freiburg (Germany). Subsequently, he entered the Schola Cantorum Basiliensis (Basel, Switzerland) where he completed his basso continuo degree in the class of Jörg-Andreas Bötticher. He also took improvisation lessons with Nicola Cumer and Rudolf Lutz, and currently receives guidance from Marieke Spaans and Françoise Lengellé.

Jean-Christophe was the harpsichordist of the Orchestre Francais des Jeunes (OFJ) in 2010 and of the European Union Baroque Orchestra (EUBO) in 2012 under the direction of Lars Ulrik Mortensen, Riccardo Minasi, Margaret Faultless and Paul Agnew. He is laureate of several competitions: Viseu and Porto International Competitions (Portugal), F.L.A.M.E. International Competition (France), Telemann International Competition (Germany, special prize for the best continuo realization).

In 2014 Jean-Christophe was awarded the 1st prize at the 19th International Bach Competition in Leipzig. More recently, in July 2015, the ensemble « Alter Klang », co-founded with the flute player Anne Freitag (winner of the MAfestival international Competition in Bruges), won 1st prize both at the chamber music competition of L’Aquila and San Ginesio (Italy).

Jean-Christophe has performed as soloist or as part of ensembles at the Printemps des Arts Festival in Nantes, the Théatre des Champs-Elysées in Paris, the AMUZ Festival in Antwerp, the Royal Greenwich International Early Music Festival, the Bachfest in Leipzig, the Telemann-Festtage in Magdeburg among others. He was invited at the national French radio (Radio France) and the WDR (Cologne). Also interested in contemporary music, he performs with the Ensemble 2e2m. In 2012, he gave lectures about opera and its social context at the Paris Institut for Political Studies (Sciences Po). His first solo CD « Varietas » was released on Genuin Classics in June 2016 and has already been praised by the critic. 

Hyunkun Cho, violoncelliste 

Né à Gwangiu (Corée du Sud) en 1986, Hyngun Cho commence le violoncelle à 15 ans et suit sa formation l’Université nationale des Arts de Corée dans la classe de Myungwha Chung. Il poursuit ensuite ses études à l’Universität der Künste de Berlin, dans la classe de violoncelle baroque de Markus Möllenback. Il reçoit également les conseils de Mitzi Meyerson et de Christoph Huntgeburth.

Son parcours musical le mène à l’Escola Superior de Música de Catalunya de Barcelone, où il se perfectionne avec Bruno Cocset, Emmanuel Balssa et Pedro Memelsdorff. Ses études sont couronnées par un diplôme de perfectionnement à la Haute Ecole de Genève dans la classe de Bruno Cocset. 

Hyngun Cho est membre fondateur de plusieurs ensembles, et a joué au sein de divers groupes tels « La Prosperina », 1er Prix du concours de musique ancienne de Saarbrücken et prix du public en 2010. Avec l’ensemble « Matìs », il remporte le 2ePrix au Concours Telemann de Magdebourg en 2013. Il est par ailleurs lauréat du concours Bach de Berlin de 2013 ainsi que du concours de musique ancienne d’York la même année, avec l’ensemble Nexus Baroque. Cet ensemble est ensuite invité en résidence au festival d’Ambronay dans le cadre du programme EEEmerging.

Egalement intéressé par le quatuor à cordes, Hyngun est membre de l’ensemble Camerata d’Amico qui remporte le concours de musique ancienne de Yamanashi (Japon) en 2014. La même année, il remporte le 3e Prix au concours de musique ancienne Musica Antiqua de Bruges.

En 2018, il participe une nouvelle fois au concours Bach de Berlin Avec l’ensemble Chorda Elegans, où il remporte trois prix : 1er Prix, prix du public et prix de la meilleure interprétation.

Clément Latour, théorbiste 

Après ses études à Caen, il se spécialise à l’Ecole Normale de musique de Paris auprès du maître espagnol Alberto Ponce et obtient un diplôme de concertiste. Par ailleurs, il se forme au Pôle Sup 93 et obtient un Diplôme d’Etat de professeur et une licence de musicologie. Il travaille deux ans de suite dans le cadre de l’Ircam où il joue des pièces pour guitare et électronique.

Son intérêt pour la musique ancienne l’amène à étudier à Versailles avec Benjamin Perrot puis à la Schola Cantorum de Bâle auprès de Hopkinson Smith. Il y obtient un Master en  2017 et remporte cette même année le concours international de luth Maurizio Pratola sous la présidence du luthiste américain Paul O’dette.

En tant que continuiste d’orchestre, il a la chance de participer à des projets sous la direction de nombreux chefs tels que Paul Agnew, Leonardo Garcia Alarcon, Lionel Sow, Andrea Marcon…

Curieux, il développe des projets autour de la guitare électrique et de l’improvisation. Il accompagne régulièrement chanteurs et instrumentistes dans des projets mêlant différents styles de musique.

Il continue ses études au CNSMDP et est lauréat de la fondation Meyer.

Claudio Rado, violoniste. 

Claudio Rado est né en 1990 à Trévise, près de Venise, et commence le violon à cinq ans.

Il termine ses études en 2007 au conservatoire “A. Steffani” de Castelfranco Veneto (classe

de Giorgio Fava) et y obtient la bourse Davide Zambon, en hommage à l’ancien directeur du conservatoire. Il poursuit ses études avec Sonig Tchakerian à l’Académie Saint-Cécile de Rome. Il est notamment invité à interpréter la Ballade pour violon d’Eugène Ysaÿe lors d’un concert rassemblant les meilleurs élèves de l’académie à l’auditorium “Parco della Musica”. En 2010 il participe à une masterclass donnée par Giuliano Carmignola à l’Accademia Chigiana de Sienne, où il obtient une bourse et un certificat spécial de mérite. A partir de 2012 il s’est produit régulièrement avec la pianiste russe Eugenia Nalivkina. Le duo étudie à l’Accademia « Trio di Trieste » de Duino sous la direction du Trio di Parma et est lauréat de plusieurs bourses et concours.

Claudio a toujours montré un vif intérêt pour la musique ancienne. En 2016 il est membre de l’Orchestre Baroque de l’Union Européenne (EUBO) en tant qu’assistant du premier violon et chef d’attaque des seconds violons. Les tournées le mènent en Angleterre, en Allemagne, au Luxembourg, en Italie, en Belgique, ou encore en Croatie.

Depuis 2016 il se consacre exclusivement à la pratique musicale historiquement informée, aussi bien en tant que soliste que membre d’ensembles ou d’orchestres Ses partenaires incluent notamment Roy Goodman, Lars Ulrik Mortensen, Alfredo Bernardini, Andrea Marcon, I Sonatori de la Gioiosa Marca, Stefano Montanari, le Venice Baroque Orchestra, “La Cetra” Barockorchester, Il Pomo d’Oro etc. Avec eux il s’est produit dans les plus grandes salles de concert d’Europe et d’Amérique. 

Depuis septembre 2017 Claudio suit un cursus de Master à la prestigieuse Schola Cantorum de Bâle (classe de Leila Schayegh).

Jeanne-Marie Lelièvre , soprano

          Née en 1991, Jeanne-Marie Lelièvre commence la musique en 2002 au sein de la Maîtrise de Notre Dame de Chartres où elle pratique le chant choral sous la direction de Phillipe Frémont. Au même moment, elle se forme en alto l’École Nationale de Musique de Chartres dans la classe de Sophie Cerf. En 2009, elle intègre le Jeune chœur de la Maîtrise de Notre Dame de Paris sous la direction de Lionel Saw, maître de chapelle et de Sylvain Dieudonnée pour le chant grégorien. A cette occasion, elle participe à de nombreuses productions avec différents ensembles comme les Paladins (direction de Jérôme Corréas) ou encore Les Sacqueboutiers de Toulouse (direction Jean-Pierre Canihac). 

            En 2011, elle est admise au conservatoire du 9e arrondissement de Paris dans la classe de chant d’Anne Constantin. Elle complète sa formation auprès d’Isabelle Poulenard et d’Anne-Marguerite Werster. En 2015, elle intègre la classe de Rosa Dominguez à la Schola Cantorum de Bâle et suit des masterclass avec Paul Tripels, Andrea Marcon, Hopkinson Smith, EvelynTubb, Ulrich Messthaler, Margreet Honig, Flavio Ferri-Benedetti, Gabriel Garrido, Victor Torres et Edoardo Torbianelli.

            Parallèlement, elle se produit en tant que soliste et en tant que choriste avec de jeunes ensembles tels que Les Possibles (direction d’Antonin Rey et d’Antoine Bretonnière), l’Ensemble Plurium (direction de Clotilde Gaborit), qui l’amènera à participer à l’émission Jeunes Interprètes sur France Musique ainsi qu’au festival de Vic-le-Comte, L’Ensemble Byzance (direction Teun Wisse), et l’ensemble Athénaïs (direction Laurence Pottier), dont elle est membre pendant  deux ans, et avec qui elle participe à l’enregistrement du CD Regina Caeli en 2015.

            Jeanne-Marie Lelièvre interprète un répertoire varié, de la Renaissance à la musique contemporaine, et affectionne particulièrement la musique baroque française, le Lied, et la mélodie française. 

Le Choeur Grégorien d’Utrecht

Le Chœur grégorien d’Utrecht a été fondé en 1968 par Jan Boogaarts. Actuellement, le chœur est dirigé par Anthony Zielhorst.

Veiller à la sauvegarde du chant grégorien dans la liturgie et comme patrimoine culturel, telle est la vocation qui, depuis plus de cinquante ans, anime le Chœur grégorien d’Utrecht. Ainsi, le chœur se produit en concert, aux Pays-Bas et à l’étranger, et apporte son concours aux liturgies.

Pour la Semaine sainte, qui a toujours été au cœur de la vie spirituelle du chœur, les chanteurs se rendent chaque année à la Cathédrale d’Utrecht. De 1976 à 1990, le chœur a apporté sa collaboration aux liturgies du Jeudi saint jusqu’au matin de Pâques en l’église Saint-Germain l’Auxerrois à Paris. Pendant cette période, le Choeur grégorien d’Utrecht a également enregistré la liturgie intégrale de ces jours selon l’ordre ancien, en coopération avec quelques chœurs polyphoniques.

Le chœur a représenté de différents jeux liturgiques, comme le Jeu de Pâques de Rijnsburg et le Jeu de Saint-Nicolas Filius Getronis.

Pour fêter ses 50 ans, le chœur a enregistré une sélection de chants pour la fête de la Translation de Saint-Martin(le 4 juillet) de l’évêque Radboud d‘Utrecht (±850-917). Quelques chants de Radboud seront au programme le 30 mai à Besançon. 

Anthony Zielhorst a fait des études de pédagogie musicale, d’orgue et de direction de chœur au Conservatoire brabançon à Tilburg et de musicologie à l’Université d’Utrecht. Ses occupations en tant que chef de chœur ne se restreignent pas au chant grégorien : parmi ses activités dans ce domaine il y a aussi la polyphonie, le théâtre musical et la musique contemporaine flamande et néerlandaise. Anthony Zielhorst est président de la fondation Amici Cantus Gregoriani et de la fondation Pro Piano. Il fait partie de l’administration de l’Institut néerlandais de Musique (Nederlands Muziekinstituut). Il a publié des articles dans de différents magazines scientifiques et il est à la rédaction du Gregoriusblad. Jusqu’en 2018, il a travaillé au Conservatoire royal de La Haye comme chef de la section des Jeunes Talents.