27 mai 2018

Dimanche 27 mai 2018

9h – 20h30 : Voyage Musical sur la Via Francigena de Besançon à Romainmôtier, Suisse

Le 27 mai 2018, un autocar partira de Besançon (Gare Viotte) à 9h pour arriver à Nods à 10h30, en passant par Montfaucon à 9h30, arrêt au parking derrière l’église.

Concert et visite guidée de 11h à 12h30 à l’Église de Nods.
Pique-nique/apéritif entre 12h30 et 13h30 sur place. 4

Poursuite du voyage pour arriver à 14h30 à Romainmôtier :

Visite du site et démonstration sur l’Orgue Albert Alain, propriété de l’Association Jéhan Alain.
Concert Abbatiale/réception de 16h à 18h,
Retour à Besançon prévu pour 20h30.

Sur réservation (jauge limitée à 50 places) sur la billetterie en ligne.

Merci de penser à avoir avec vous une pièce d’identité pour passer la frontière.


Si vous ne choisissez pas le voyage musical, voici le programme du 27 mai 2018.

11h : Nods-Les Premiers Sapins

Ville étape de la Via Francigena, charmante ville vigneronne de Jean-Baptiste-Victor Proudhon (né à Chasnans, village voisin qui fait désormais partie des Premiers Sapins).

Église Saint Pierre et Saint Paul
Retable du XVIIIe siècle, en cours de réfection, classé à l’inventaire des monuments historiques. Sonnerie des Cloches de Nods…

Pour plus d’informations sur le lieu et l’itinéraire, cliquez-ici.

Concert Apéritif par Jan-Willem Jansen (orgue)
Concert d’orgue à la mémoire de Michel Chapuis sur l’orgue Louis-François Callinet (1878), classé Monument Historique en 1990 et inauguré par Michel Chapuis.

« Histoires de famille… »
Œuvres des Bach, Cabezón,
Scarlatti et Wesley

Présentation de l’orgue  par Jean Deloye, restaurateur et facteur d’orgues

14h30-15h30 : Romainmôtier (Suisse) 

Offre seulement valable pour les voyageurs en bus

Ville étape de la Via Francigena, Romainmôtier est construite autour de la célèbre abbatiale cistercienne.

Visite du site de l’abbatiale, démonstration de l’Orgue Albert Alain, projection du film “Romainmôtier revisité

Pour plus de renseignements sur le lieu et l’itinéraire, cliquez-ici.

16h : Abbatiale

« Ce moys de May soyons lies… »
Quel est donc cet amour
que l’on dit courtois ?…

Chansons de Gilles Binchois (1400-1460) et Guillaume Dufay (1397-1474)

Gilles Binchois (vers 1400-1460)

Adieu mon amoureuse joye

Et mon plus plaisant souvenir,

Adieu l’eslite et la mon joye

De mon plus heureux advenir.

Je ne scau mais que devenir,

Puisque j’eslonge vo beaulté,

  Madame par ma leaulté.

Car c’est tout le bien que j’avoye

Et l’outrepasse de mon desir,

Ne je n’ai espoir que ja voye

Dame qui me puist esjoir

Si non vous, a qui obeir

Vueil de parfaite volenté

  Madame par ma leaulté.

Penser dont a la douleur moye,

Belle se c’est vostre plaisir,

Et gardez le coer que j’avoye

Dont amours me fait deschachier

Pour vous donner dont le choisir

Eulx vostre gratieuseté

  Madame par ma leaulté.

Les très doulx yeux

Me font souvent rire et joye mener

Son doulx maintieng et son tres doulx parler

M’ont mis ans feu d’amours droit en la flamme.

 Helas, souvent mon pouvre cuer se pasme

Des griefs doulours qui me fault endurer

Les tres doulx yeux du viaire madame

Me font souvent rire et joye mener.

Nient mains la vueil servir de corps et d’ame

Car j’espoir quel la belle sans per

En acuns temps me vendra conforter

Par se biaux mos car ils sont doulx que ame.

Les tres doulx yeux du viaire madame

Me font souvent rire et joye mener

Son doulx maintieng et son tres doulx parler

M’ont mis ans feu d’amours droit en la flamme.

Guillaume Dufay (1397-1474)

Hélas mon dueil, a ce cop sui je mort

Puisque Refus l’esragié si me mort.

Certes, c’est fait de ma dolente vye;

Tout le monde ne me sauveroit mye,

Puisque m’amour en a esté d’acort.

Il ne fault ja que je voise a la mer

N’a saint Hubert pour moy faire garir;

La morsure me donne tant d’amer

Que de ce mal il me faulra morir

[…]

[Helas mon dueil, a ce cop sui je mort,

Puisque Refus l’esragié si me mort.

Certes, c’est fait de ma dolente vye;

Tout le monde ne me sauveroit mye,

Puisque m’amour en a esté d’acort.]

Gilles Binchois

Se je souspire, plains et pleure

Cent mille fois plus que ne di,

C’est pour l’amour de mon amy

Per qui sulete je demeure.

Je ne cuidasse veoir l’eure

Qu’autre devist amer que luy.

Se [je soupire, plains et pleure,

Cent mille fois plus que ne di.]

Pleust a Dieu que fuisse asseure

De parler une fois a luy,

A savoir se j’ay deservi

Qu’a ce besoing ne me sequeure.

      Se je souspire etc.

Anonyme

Bianca flour

Gilles Binchois

Deuil angoisseus, rage demesurée

Grief desespoir, plein de forsennement,
Langour sansz fin et vie maleürée
Pleine de plour, d’angoisse et de tourment,
Cuer doloreux qui vit obscurement,
Tenebreux corps sur le point de partir
Ay, sanz cesser, continuellement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Fierté, durté de joye separée,
Triste penser, parfont gemissement,
Angoisse grant en las cuer enserrée,
Courroux amer porté couvertement
Morne maintien sanz resjoïssement,
Espoir dolent qui tous biens fait tarir,
Si sont en moy , sanz partir nullement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Soussi, anuy qui tous jours a durée,
Aspre veillier, tressaillir en dorment,
Labour en vain, à chiere alangourée
En grief travail infortunéement,
Et tout le mal, qu’on puet entierement
Dire et penser sanz espoir de garir,
Me tourmentent desmesuréement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Princes, priez à Dieu qui bien briefment
Me doint la mort, s’autrement secourir
Ne veult le mal ou languis durement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Guillaume Dufay

Se la face ay pale

 La cause est amer,

C’est la principale,

Et tant m’est amer

Amer, qu’en la mer

Me voudroye voir;

Or, scet bien de voir

La belle a qui suis

Que nul bien avoir

Sans elle ne puis.

II. Se ay pesante malle

De dueil a porter,

Ceste amour est male

Pour moy de porter;

Car soy deporter

Ne veult devouloir,

Fors qu’a son vouloir

Obeisse, et puis

Qu’elle a tel pooir,

Sans elle ne puis.

III. C’est la plus reale

Qu’on puist regarder,

De s’amour leiale

Ne me puis guarder,

Fol sui de agarder

Ne faire devoir

D’amour recevoir

Fors d’elle, je cuis;

Se ne veil douloir,

Sans elle ne puis.

Ce moys de may soyons lies et joyeux

Et de nos cuers ostons merancolye;

Chantons, dansons et menons chiere lye,

Pour despiter ces felons envieux.

Plus c’onques mais chascuns soit curieux

De bien servir sa maistresse jolye:

Ce moys [de may soyons lies et joyeux

Et de nos cuers ostons merancolye.]

Car la saison semont tous amoureux

A ce faire, pourtant n’y fallons mye.

Carissimi! Dufaÿ vous en prye

Et Perinet dira de mieux en mieux:

Ce moys de may [soyons lies et joyeux

Et de nos cuers ostons merancolye;

Chantons, dansons et menons chiere lye,

Pour despiter ces felons envieux.]

Guillaume Dufay

Resvelliés vous et faites chiere lye

Tous amoureux qui gentillesse amés;

Esbatés vous, fuyés merancolye,

De bien servir point ne soyés hodés.

Car au jour d’ui sera li espousés,

Par grant honneur et noble seignourie;

Se vous convient ung chascum faire feste,

Pur bien grignier la belle compagnye

Charle gentil, c’on dit de Malateste.

II. Il a dame belle et bonne choysie,

Dont il sera grandement honnourés;

Car elle vient de tres noble lignie

Et de barons qui sont mult renommés.

Son propre nom est Victore clamés;

De la colomne vient sa progenie.

C’est bien rayson qu’a vascule requeste

De ceste dame mainne bonne vie

Charle gentil [c’on dit de Maleteste.]

Mon bien, m’amour et ma maistresse

Esse ce que m’avés promis?

Mis m’avés hors du sens rassis,

Six foys m’avés fait grande rudesse.

De ce vous requiers, ma princesse,Cesser: a vous seray toudis.

Mon bien, [m’amour et ma maistresse  Esse ce que m’avés promis?]

Dix ans a que vostre noblesse

Blessié m’a au cuer et soupris;

Pris m’a trop fort a mon advis

:Advisez que j’aye lyesse.

Mon bien, [m’amour et ma maistresse

Esse ce que m’avés promis?

Mis m’avés hors du sens rassis,

Six foys m’avés fait grande rudesse.]

Bon jour, bon mois, bon an et bonne estraine

 Vous doinst celuy qui tout tient en demaine,

Richesse, honnour, sainté, joye sans fin,

Bonne fame, belle dame, bon vin,

Pour maintenir la creature saine.

Apres vous doint qu’en joye on vous demaine

Et lyesse tantost on vous ameine;

Ainsi pourrez avoir, soir et matin,

Bon jour, bon [mois, bon an et bonne estraine;

Vous doinst celuy qui tout tient en demaine,

Richesse, honnour, sainté, joye sans fin.]

Et puis vous doint esperance certaine

Sans tristesse, sans pensee villaine;

Tous voz desirs acomplir de cueur fin.

Sans contredit soyez en la parfin

Lassus logee en gloire souveraine.

Bon jour, bon [mois, bon an et bonne estraine

Vous doinst celuy qui tout tient en demaine,

Richesse, honnour, sainté, joye sans fin,

Bonne fame, belle dame, bon vin,

Pour maintenir la creature saine.]

Gilles Binchois

Amours, merchi de trestout mon pöoir

tant que je puis, quant il m’a fait choisir
tres douchement et tout a mon voloir
agatié m’a un tres riche plaisir.
Cescune fois que j’en ay souvenir
le cuer de moy devient tout joieux:
prendre ne puis nul espoir doloreux,
si richement l’ay choysi a mon gré,
et par Amours que le m’a comandé.

Qui veut mesdire

J’en fais la fige aux mesdisans

Car aynsque soit ici maysans

Je les feray crever d’envie.

Et feray toudis, chiere lye,

Qui conques en soit dyspleisans

Qui veut mesdire, si mesdie

J’en fais la fige aux mesdisans

Paciense aray en ma partie

Contre tous mes malveillians

Je n’en contre deux petis blans

A eux n’a toute leur lignie.

Qui veut mesdire, si mesdie

J’en fais la fige aux mesdisans

Car aynsque soit ici maysans

Je les feray crever d’envie.

Triste plaisir et douleureuse joie

Aspre doulceur, desconfort ennuieux,
Ris en plorant, souvenir oublieux
M'acompaignent, combien que seul je soye.
Embuchié sont, affin qu'on ne les voye
Dedans mon cueur, en l'ombre de mes yeux.
Triste plaisir et amoureuse joye!
C'est mon trésor, ma part et ma monoyé;
De quoy Dangier est sur moy envieux
Bien le sera s'il me voit avoir mieulx
Quant il a deuil de ce qu'Amour m'envoye.
Triste plaisir et douloureuse joye.

Ensemble Les Alizés
Capucine Keller : chant
Liam Fennelly : vièle
Angélique Mauillon : harpe
Clémence Comte : flûtes et direction

Ce concert est organisé dans le cadredes 50 ans de la Fondation Romainmôtier. En collaboration avec les Concerts de Romainmôtier et la Paroisse de Vaulion-Romainmôtier