Le petit Mish Mash

Le petit Mish Mash (et masha)

Le petit Mish-Mash est né de la rencontre entre l’accordéoniste tzigane Adrian Iordan, originaire de Bucarest, le joueur de cymbalum Mihai Trestian, concertiste formé au conservatoire de Chisinau (Moldavie)et la clarinettiste/flûtiste Marine Goldwaser, musicienne de la nouvelle scène klezmer.

Réunis autour des musiques klezmer et tziganes, les trois musiciens font dialoguer leurs cultures musicales pour s’atteler à une lecture inédite de ces répertoires ancestraux, et développent une interprétation selon laquelle la recherche d’authenticité s’allie aux ressources de l’imaginaire. Les danses roumaines aux rythmes endiablés répondent aux anciennes mélodies klezmer transfigurées; de cette mise en miroir découle une invitation au voyage musical à travers des paysages sonores revisités.

Retrouvez les au concert de clôture du festival le 3 juin 2018 !

Les membres :

Marine Goldwaser : Clarinette et flûtes

Elle débute la scène au sein de la compagnie de théâtre yiddish de son père, et reçoit un héritage culturel qui l’accompagne tout le long de son parcours artistique. Elle étudie la flûte à bec et la clarinette au conservatoire de Strasbourg puis continue ses etudes au CNSM de Lyon, ou elle poursuit une recherche autours des flûtes traditionnelle de Roumanie, et obtient un master de recherche et interprétation en 2014. Elle se produit avec différents ensembles de musiques anciennes et de musiques traditionnelles, et travaille également avec plusieurs compagnies de théâtre (principalement le «Théâtre en l’Air», la compagnie «Beliashe» et la compagnie «Le Guépart Echappée»). Elle développe aussi un volet pédagogique à son activité, notamment avec les stages artistiques de Bréau qu’elle organise et au sein desquel elle enseigne depuis plusieurs années. Son fort intérêt pour la musique klezmer la conduit à mener une recherche personelle autours de ce répertoire; elle co-fonde le collectif «Chic!DuKlezmer» spécialisé dans le bal, se produit avec les groupes «Glik», «Shpilkes», et accompagne les chanteur yiddish Ben Zimet, Amit Weisberger et David Burshtein. En 2016, elle monte le trio «Le petit Mish-Mash», qui croise musique klezmeret et tziganes de Roumanie.

Mihai Trestian : cymbalum

crédit Phil Journé

Né  en Moldavie, il décroche le Premier Prix aux Concours National Stepan Neaga ainsi qu’au Concours International Barbu Lautare avant de devenir membre de l’Orchestre Tele Radio Chisinau Foclor. Suite à une résidence de création à l’abbaye de Royaumont, il participe aux tournées Chants du Monde de Jean-Marc Padavani en 2000/2001. En 2002, le compositeur Gerardo Jerez Lecam l’embauche dans son quartet. Il travaille depuis régulièrement avec lui.

Depuis 2004, il vit en France et collabore avec l’ensemble Daniel Givone, Sébastien Ginieux, lacob Macciuca, l’ensemble intercontemporain, l’ensemble Ars Nova… Il développe aussi des projets personnels tels que Ciocan et Aftel, depuis sa rencontre avec Amit Weisberger, il se passionne pour la musique Klezmer et membre dans « Yiddishé fantazyé » (trio klezmer ancien) et la fanfare « Beigale Orkestra »

Adrian Iordan : accordéon

Accordéoniste issu d’une famille de musiciens tziganes de Bucarest. Adrian est installé en France depuis plus de dix ans et y développe une carrière musicale foisonnante : il crée deux groupes de musique tzigane (Finzi Mosaique Ensemble et Lautari de Bucarest) au sein desquels il est directeur artistique. Outre sa carrière de comédien avec la Cie. De l’archet et soufflet (théatre-musical), il travaille avec l’ensemble de musique baroque « La Tempesta » sous la direction du violoniste Patrick Bismuth avec lequel il monte un répertoire croisé de musiques baroques et tziganes (création à l’Abbaye de Royaumont).

Il se produit depuis 15 ans dans différentes formations (Binobin, Soha, Tomuya, Arbols, Les Attaqués, Dj Click, Gaelle Marie, etc …) sur des scènes comme l’Olympia de Paris, le Zenith, le New Morning, Le Théatre des deux Anes, La Halle aux Grains de Toulouse, Le Parco Theatre de Tokyo, le Global de Copenhague, etc…

Nathalie weksler (alias masha) : chant

Nathalie Weksler, chanteuse à la carrière éclectique, débute sa formation en jazz vocal à Paris auprès des chanteuses de jazz Laurence Saltiel, puis Sara Lazarus au début des années 90; elle effectue des masterclass avec la chanteuse Michele Hendricks et le guitariste-chanteur Pierrick Hardy. Formée à la technique vocale classique par Catherine Estourelle soprano, à Paris, elle poursuit sa formation lyrique au sein du Conservatoire à Rayonnement Régional de Besançon, dans la classe d’Aniella Zins. Dans le chœur féminin du CRR dirigé par Aniella Zins, elle chante sous la direction d’Emmanuel Mandrin un répertoire baroque français et italien, puis sous la direction de Sébastien Daucé en résidence avec l’Ensemble Correspondances, un répertoire de motets méconnus de Marc-Antoine Charpentier.

Elle a été formée en Direction de choeur par Brigitte Rose dans sa classe au Conservatoire de Montbéliard entre 2012 et 2015. Elle a suivi une formation de musicienne intervenante dans les écoles (CFMI de Lyon- Lumière II), et a travaillé comme intervenante et chef de choeur dans le Jura où elle s’était installée en 1998.

Elle a chanté dans plusieurs projets de musiques du monde: Trio Lekhaïm! musiques klezmer et chants yiddish; Trio vocal  Les Têtes en l’Air chants du monde a cappella,  Transat Irish Trad chants irlandais et écossais, Gefilte Swing, swing yiddish américain.

Ses origines familiales, juives polonaises et roumaines, l’orientent tôt vers les musiques  d’Europe de l’Est, les musiques instrumentales klezmer, qu’elle aborde par la danse, et un répertoire traditionnel de chants en yiddish, qu’elle chante et a également à coeur de transmettre lors de stages et ateliers vocaux.

Puisant dans le jazz et les musiques traditionnelles, elle interprète depuis une vingtaine d’années un répertoire de chants en langue yiddish et judéo-espagnole, accompagnée par des musiciens évoluant dans des univers musicaux jazz et world. Elle crée son groupe ZAMRI en 2005 avec Bernard Montrichard, guitariste, et Damien Hénard contrebassiste, bientôt rejoints par Charles Pavageau percussionniste, puis Vladimir Torres, bassiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *